All posts in Projects

Un projet médical qui cumule les honneurs s’implante à Laval

Caroline Lévesque/Publié le 19 novembre 2014

Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire

MÉDECINE FAMILIALE. Laval est la seule ville au Québec où l’on implantera, dès janvier, un projet-pilote qui rafle les honneurs ailleurs au Canada en plus d’avoir eu une mention dans le prestigieux British Medical Journal. Le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC) a été lancé en 2000 par des chercheurs canadiens et mis sur pied dans plusieurs petites communautés à travers le pays. Il vise la prévention des hospitalisations pour des maladies importantes comme des infarctus, des AVC et de l’insuffisance cardiaque. Il est basé sur le travail de bénévoles de la communauté et est supervisé par des professionnels de la santé. À Laval, ce programme s’adressera aux personnes de 50 ans et plus. Il sera mis en place dans deux groupes de médecine de famille (GMF), soit ceux du Médi-Centre Chomedey et de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé. Mais pourquoi privilégier la région lavalloise plutôt que Montréal ou même la capitale nationale? «Initialement, on l’avait dans des villes de 20 000 à 60 000 habitants et on trouvait qu’une ville de taille intermédiaire, mais plus urbaine, était une bonne chose, explique Dr Marie-Thérèse Lussier, cochercheuse pour le PSSC et médecin à l’UMF de la Cité-de-la-Santé de Laval. L’équivalent en Ontario, où le projet se fait en même temps, c’est la région de York, qui est à peu près de 400 000 habitants.» Le patient recevra donc une lettre de son médecin de famille l’invitant à participer à une session animée par des bénévoles, généralement de la même tranche d’âge que lui, et formés dans le GMF selon un protocole rigoureux. Le programme se base sur le partage d’information sur la prévention des maladies cardiométaboliques. Maladies chroniques Les maladies cardiométaboliques sont des sous-ensembles des maladies chroniques, tout comme l’hypertension, le diabète, le cholestérol élevé et l’angine. Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Laval travaille depuis deux ans dans le développement d’un programme clinique de prévention et promotion de la santé pour prévenir les maladies chroniques, nommé Cible santé. «Nous, les membres de l’équipe de recherche, on s’est intégrés à ce programme depuis le début, indique Dr Lussier. En ce sens, le nôtre sur la sensibilisation des maladies cardiovasculaires en fait partie.» Après analyse des résultats, il sera déployé pour l’ensemble du Québec. «Ça dépend des organismes subventionnaires», précise la médecin qui travaille à l’implantation du projet depuis trois ans. Les «Olympiques de la recherche» Le groupe de chercheurs fait partie d’une poignée de personnes ayant reçu une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), principal organisme fédéral responsable du financement de la recherche en santé au pays. Un montant de 2,5 M$ sera divisé entre Laval et la région de York. «Avoir eu ces sommes-là dans les concours hautement compétitifs, c’est un grand honneur, se réjouit Marie-Thérèse Lussier. Comme chercheur de Laval, c’est comme si c’était les Olympiques de la recherche de gagner aux IRSC. On a à peu près 1 chance sur 10 de l’avoir quand on soumet une demande.» Elle mentionne que ce projet médical a fait ses preuves. «On arrive avec un programme solide scientifiquement et on a hâte de l’appliquer au Québec.» L’équipe du PSSC est actuellement à la recherche de bénévoles. Informations: 450 681-6164, poste 329.

More

Paramedics’ weekly drop-in sessions at seniors complex result in fewer EMS calls and saves on costly emergency room visits

<!--:en-->Paramedics’ weekly drop-in sessions at seniors complex result in fewer EMS calls and saves on costly emergency room visits<!--:-->

Hamilton, October 2013 – Emergency medical service (EMS) staff may be effective in preventing, as well as responding to, emergencies.

A pilot project found weekly visits by two paramedics to a seniors’ home cut EMS calls by up to a third.

The study was presented at the Canadian Cardiovascular Congress by Dr. Gina Agarwal, associate professor in the Department of Family Medicine of the Michael G. DeGroote School of Medicine at McMaster.

She led the Cardiovascular Health Awareness Program (CHAP) EMS pilot project at a subsidized housing complex with about 280 residents, predominantly low income seniors. It’s a group at increased risk of cardiovascular disease, diabetes and falls. The local EMS receives frequent calls from the building.

As a pilot, two paramedics provided weekly drop-in sessions to review healthy lifestyles, measure blood pressure, assess diabetes risk and risk of falls.

Preliminary data shows a trend of up to 32 per cent reduction in EMS calls from the single building in which the program was offered since the sessions began. 

“As members of the health team on the front line, paramedics can play a valuable role in reducing the risk and improving the health of seniors,” said Agarwal.

Over eight months, 56 residents – 25 per cent of residents over age 65 – had made over 580 visits to the EMS session. More than 60 per cent of the residents who attended the sessions had an elevated body mass index, 40 per cent reported a low level of physical activity, one-third smoked, one-third had a high salt intake, one-third had a high fat intake, and 50 per cent had high blood pressure.

Of the residents with high blood pressure, 80 per cent were already on medication for it. With their permission, the readings taken at the sessions were conveyed to their family doctor, who could then take action like adjusting medication.

“At each visit the paramedics discussed one or two risk factors, such as smoking, lack of exercise or diet; tried to link residents to community resources and give advice, and then followed up to see how residents were managing,” said Agarwal.

Paramedics made many referrals to the in-house wellness exercise program; a diabetes foot care and education program; family doctors and made linkages with community food advisors and the quit smoking line.

 “With their regular presence thanks to the weekly schedule, the paramedics seem approachable,” said Agarwal. “The number of new attendees keeps rising, with word of mouth. The high number of multiple visits also indicates a hunger for this type of health information when it’s so readily available.”

 “The residents’ value the time that they spend at the clinic, and build a trusting relationship because they know that the paramedics are highly trained professionals who are knowledgeable and compassionate,” said Brent McLeod, superintendent of education for the Hamilton Paramedic Service.  “It is also an opportunity for paramedics to keep in contact with patients.”

 “This project truly is a preventative model which is in line with the goals of the Local Health Integration Network.” 

“Communication is the key here. Discussing preventive behaviours and making the advice accessible is important for people all age groups and backgrounds,” says Heart and Stroke Foundation spokesperson Dr. Beth Abramson.

“Community-based health programs like this can be a very effective way to promote good health and prevent chronic conditions. We can all learn from this experience.”

Agarwal says the study will follow up to assess whether the risk profile of the session attendees has evolved.

The study was carried out by the Department of Family Medicine in collaboration with Hamilton Paramedics Service, Public Health Services for the City of Hamilton, CityHousing Hamilton, and the Hamilton Community Care Access Centre.

More

A good CHAP reduces rates of heart disease and stroke in communities Blood pressure reduction the key to improved outcomesLe Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC), pour réduire les taux de maladies du cœur et d’AVC dans les collectivité

<!--:en-->A good CHAP reduces rates of heart disease and stroke in communities Blood pressure reduction the key to improved outcomes<!--:--><!--:fr-->Le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC), pour réduire les taux de maladies du cœur et d’AVC dans les collectivité<!--:-->

A community-based health promotion program delivered by over 500 peer volunteers significantly reduces heart disease and stroke in seniors, Canadian Stroke Network researcher Dr. Janusz Kaczorowski told the Canadian Stroke Congress today.

As part of the Cardiovascular Health Awareness Program (CHAP), family physicians in 20 mid-sized Ontario communities invited patients aged 65 and over to attend risk assessment sessions held at local pharmacies over a 10 week period.

Over 15,000 residents took part in the program.

“Volunteer-led risk assessments combined with health information and linkages to primary care providers and community resources led to an impressive nine percent reduction in their rates of hospitalization for stroke, heart attack, and congestive heart failure,” says Dr. Kaczorowski, from the University of British Columbia and the Child and Family Research Institute.

The Program, co-developed by Drs Kaczorowski, Lisa Dolovich and Larry Chambers from McMaster University and the Elisabeth Bruyere Research Institute, received the Canadian Stroke Congress Chair’s Award for Impact, awarded to the research study presented at Congress which was judged to have the most impact on preventing or treating stroke.

The CHAP team randomly selected 39 communities and stratified them by location and population size. Twenty communities received CHAP. Nineteen communities served as controls and did not receive the program.

In the CHAP communities, over 500 trained peer volunteers met with the residents to check blood pressure, review the warning signs of stroke and heart attack, look at risk factors, and promote blood pressure control and healthy living.

“CHAP is a unique, low cost way to activate community organizations, volunteers, health care providers, and the participants themselves,” says Dr. Kaczorowski.

Pharmacists were onsite as part of the primary care team to discuss concerns about blood pressure medications and recommendations on how to maximize the benefits of blood pressure lowering medications.

The program focused primarily on blood pressure reduction. “Controlling blood pressure is key to lowering rates of stroke and heart disease,” says Dr. Kaczorowski. “We found that even small reductions can have a dramatic impact on the health of older adults.” According to the Heart and Stroke Foundation, one in five Canadian adults has high blood pressure.

With the largest cohort of baby boomers in Canada’s history entering their at-risk years, Dr. Kaczorowski says that the next steps will be to roll out the program across Canada.
“It’s never too late to reduce your risk of stroke, and this project is showing us how quickly the benefits of blood pressure management can accrue” says Canadian Stroke Network spokesperson Dr. Antoine Hakim.  “Good health isn’t just for the young; it’s a life-long pursuit.”

He notes that simple solutions can lead to big results: “Here is a prevention strategy that doesn’t require large health expenditures but has significant impact on health outcomes. It’s worth pursuing this peer model with other at-risk populations such as youth and the Aboriginal population.”
The 2010 Heart and Stroke Foundation report card recently warned that a ‘perfect storm’ of risk factors and demographic changes are creating an unprecedented burden on Canada’s fragmented cardiovascular care system.

“We currently have a patchwork quilt of prevention and treatment initiatives,” says Heart and Stroke Foundation spokesperson Dr. Michael Hill.  “Community programs like CHAP are integral to helping individuals within at-risk populations understand and manage their health risks.”

Canadians can assess and manage their blood pressure risk with the My Heart&Stroke Blood Pressure Action Plan™ at heartandstroke.ca/bp. The Canadian Stroke Congress is a joint initiative of the Heart and Stroke Foundation of Canada, the Canadian Stroke Network, and the Canadian Stroke Consortium.

For more information about CHAP, visit www.chapprogram.ca.a.openmind-gear.net .Un programme communautaire de promotion de la santé offert par plus de 500 bénévoles permet de réduire de façon marquée les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les aînés, mentionne aujourd’hui Dr Janusz Kaczorowski, chercheur du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires, devant le Congrès canadien de l’AVC.

Dans le cadre du Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC), des médecins de famille de 20 villes de taille moyenne de l’Ontario ont invité des patients âgés de 65 ans et plus à prendre part à des sessions d’évaluation des risques dans des pharmacies locales durant une période de 10 semaines. Plus de 15 000 résidents ont pris part à ce programme.

« Les évaluations des risques menées par des bénévoles combinaient l’information sur la santé à des liens avec des professionnels des soins de santé primaires et à des ressources communautaires. Elles ont entraîné une réduction impressionnante de neuf pour cent des taux d’hospitalisation pour cause d’AVC, de crise cardiaque et d’insuffisance cardiaque », dit Dr Kaczorowski, de l’Université de la Colombie-Britannique et du Child and Family Research Institute.

Le programme développé par Dr Kaczorowski, Dre Lisa Dolovich et Dr Larry Chambers de l’Université McMaster et de l’Institut de recherche Élizabeth-Bruyère, a reçu le Prix du président du Congrès canadien de l’AVC pour son impact. Ce prix est remis au projet de recherche qui est jugé comme ayant le plus d’impact sur la prévention et le traitement des AVC parmi ceux qui sont présentés au Congrès.

L’équipe du PSSC a choisi 39 collectivités au hasard et les a classées par emplacement et par taille de la population. Vingt collectivités ont reçu le PSSC et dix-neuf ont servi de groupe contrôle en ne recevant pas le programme.

Au sein des collectivités du PSSC, plus de 500 bénévoles formés par leurs pairs ont rencontré les résidents afin de vérifier leur pression artérielle, de passer en revue les signes avant-coureurs de l’AVC et des crises cardiaques, d’évaluer leurs facteurs de risque et de faire la promotion du contrôle de la pression artérielle et des modes de vie sains.

« Le PSSC est une façon unique et économique d’activer les organismes communautaires, les bénévoles, les professionnels de la santé et les participants », dit Dr Kaczorowski.

Des pharmaciens étaient sur place dans le cadre de l’équipe des soins primaires afin de discuter des préoccupations au sujet des médicaments pour la pression artérielle et des recommandations destinées à maximiser les bienfaits des médicaments hypotenseurs.

Le programme portait principalement sur la réduction de la pression artérielle. « Il est essentiel de contrôler la pression artérielle si on veut réduire les taux d’AVC et de maladies du cœur », dit Dr Kaczorowski. « Nous avons découvert que même une réduction minime peut avoir un impact marqué sur la santé des aînés. » Selon la Fondation des maladies du cœur, un adulte canadien sur cinq est atteint d’hypertension artérielle.

Alors que le plus grand nombre de baby boomers parvient à l’âge où les risques sont à leur maximum, Dr Kaczorowski précise que les prochaines étapes consisteront à étendre ce programme à l’ensemble du Canada.

« Il n’est jamais trop tard pour réduire ses risques d’AVC et ce projet semble démontrer que les bienfaits de contrôler sa pression artérielle se manifestent rapidement », selon le porte-parole du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires, Dr Antoine Hakim. « La santé n’est pas que l’apanage des jeunes; elle doit durer toute la vie. »

Il signale que des solutions simples peuvent apporter des résultats importants. « Voici une stratégie de prévention qui n’exige aucune grande dépense, mais qui a un impact important sur les résultats de santé. Il vaudrait la peine d’imiter ce modèle auprès des populations à haut risque, notamment les jeunes et les autochtones. »

Le Bulletin de santé 2010 de la Fondation des maladies du cœur a lancé récemment un avertissement à l’effet qu’un tsunami de facteurs de risque et de changements démographiques imposait présentement un fardeau sans précédent sur toutes les sphères du système de santé cardiovasculaire canadien.

« Nous comptons présentement sur un ensemble d’initiatives de prévention et de traitement », dit la porte-parole de la Fondation des maladies du cœur, Dre Louise-Hélène Lebrun. « Les programmes communautaires comme le PSSC sont essentiels pour aider les personnes à risque élevé à comprendre et à contrôler leurs facteurs de risque. »

Les Canadiens et les Canadiennes ont accès au programme Mon évaluation de risque cardiovasculaireMC sur le site fmcoeur.ca/ta. Le Congrès canadien de l’AVC est une initiative conjointe de la Fondation des maladies du cœur du Canada, du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires et du Canadian Stroke Consortium.

Pour plus de détails sur le PSSC, visitez le www.chapprogram.ca.a.openmind-gear.net (disponible en anglais seulement)

More