Tous les articles par Susanna Rosebush

Nouvelle preuve CHAP publiée !

Une nouvelle étude sur l’efficacité à long terme du CHAP a été publiée dans PLOSOne le 6 septembre 2018. Félicitations à la Dre Simone Dahrouge et aux autres chercheurs du CHAP.

https://doi.
org/10.1371/journal.pone.0201802

Plus

En mémoire de Beatrice (Bea) Ann McDonough

Nous sommes attristés par le décès de notre collègue et amie (Bea) McDonough, qui est décédée le 21 février 2015. 

Bea était une clinicienne en santé publique qui avait une expérience en recherche dans les domaines de promotion de la santé, de la santé de la population, de la recherche sur la mise en œuvre, du transfert des connaissances et du développement communautaire.

Elle faisait partie intégrante de notre équipe de recherche au Département de médecine familiale, œuvrant principalement dans le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC) et les Truckers Research for Innovative Health Promotion Programs (TRIHPP). 

Bea avait la capacité innée de conseiller les autres, appuyait et encourageait continuellement ses collègues et les stagiaires, et apportait une énergie positive à chaque projet. Elle défendait sans relâche les besoins des populations marginalisées et vulnérables et mettait ces questions au premier plan de sa recherche.

Bea était une chercheuse et professeure chevronnée. Elle avait obtenu une maîtrise en sciences infirmières et une maîtrise en sciences, et suivait des cours en vue d’obtenir un doctorat en politique de la santé et en réseaux organisationnels à l’Université de Toronto. Elle avait été nommée à la fois professeure agrégée adjointe au Département de médecine familiale à l’Université McMaster et membre du corps enseignant de clinique à la Faculté des soins infirmiers à cette même université. Bea offrait des services de tutorat et supervisait les étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs dans le cadre des programmes de soins infirmiers et de la maîtrise en promotion de la santé.

Bea a été cochercheuse au PSSC pendant 13 ans. Pendant cette période, elle a fourni le contexte de promotion de la santé et la perspective d’atténuation du risque en matière de prévention des maladies chroniques. Elle était aussi chargée de recruter bon nombre des partenaires communautaires du PSSC et de concevoir une partie de la formation liée au volet de bénévolat des pairs du programme.

La plus récente contribution de Bea a été la codirection du Programme d’évaluation de la santé dans la collectivité par les services médicaux d’urgence (CHAPS-EMS), une initiative communautaire axée sur la promotion et la prévention de conditions chroniques chez les adultes âgés habitant dans des logements subventionnés.

Bea a aussi codirigé le secteur de travail sur la diffusion des innovations en santé au sein de la Hypertension Collaborative de la région de Hamilton qui portait sur la façon dont l’organisation de réseaux communautaires encourage le dépistage, la prévention et la gestion de la pression artérielle par le transfert des connaissances et l’intégration de la recherche dans la pratique.

Bea participait aussi à la recherche sur la santé et le mieux-être au travail avec les populations vulnérables en promotion de la santé axée sur les professions non traditionnelles, plus particulièrement l’industrie des transports. Elle codirigeait le projet Primary Health Care and Truck Drivers [Soins de santé primaires et camionneurs] financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), de même qu’une subvention de diffusion financée par les IRSC qui permettait d’organiser des ateliers de transfert des connaissances à l’intention des intervenants de l’industrie du transport routier.

Cette initiative en milieu de travail constitue la première initiative d’étude de la situation des travailleurs masculins solitaires œuvrant dans le secteur des transports, tant sur le plan du risque pour la santé personnelle que sur le plan de la capacité organisationnelle en milieu de travail.

Les travaux de recherche de Bea témoignaient de l’attention qu’elle portait aux questions de santé de la population et des soins primaires, et à l’intégration d’approches communautaires et de soins de santé primaires à l’égard de la prévention et de la gestion des maladies chroniques. L’étendue des connaissances de Bea ainsi que son degré d’engagement et son énergie positive en faisaient un chef de recherche très agréable au Département de médecine familiale.

Bea manquera beaucoup à ses collègues.

Plus

La Journée mondiale de l’hypertension: 17 mai 2018.

La Journée mondiale de l’hypertension :

La prévalence de l’hypertension au Canada continue d’augmenter et devrait coûter 20,5 milliards de dollars par année d’ici 2020[1]. Knowyournumbers vise à s’adresser aux quelque 20 % de Canadiens qui ne sont pas au courant de leur hypertension[2]. Le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (CHAP) est une initiative de longue date dont l’efficacité et le rapport coût-efficacité ont été démontrés, ce qui répond à la question : « Qu’est-ce que je fais de ces chiffres ? »

La programmation de CHAP offre ce qui suit :

Milieux communautaires où les participants vivent, travaillent ou se rassemblent.
Éducateurs bénévoles en santé.
Appareils automatiques de mesure de la tension artérielle recommandés par Hypertension Canada[3].
Évaluations normalisées des risques de maladies cardiovasculaires et d'accidents vasculaires cérébraux.
Matériel éducatif sur la modification du mode de vie et les ressources disponibles localement pour réduire les risques.
Les résultats de la tension artérielle sont communiqués au prestataire de soins primaires des participants. 

Le CHAP est facile à mettre en œuvre dans n’importe quelle communauté, a été rigoureusement évalué et a démontré sa valeur ajoutée en termes de santé et de bien-être des participants et des bénévoles sans coûts supplémentaires pour le système de soins de santé[4]. Le CHAP a reçu de nombreux prix (ex : Prix des meilleures réalisations canadiennes en recherche en santé pour 2012) et a été reconnu par le BMJ comme l’un des 20 articles exceptionnels publiés depuis le milieu des années 1990[5][6][6].

Depuis 2000, les programmes CHAP ont eu un impact direct sur des milliers de Canadiens à risque d’hypertension ou vivant actuellement avec l’hypertension. Les études initiales ont donné lieu à de nombreux projets de recherche et à d’autres programmes pilotes portant sur divers aspects de la santé cardiovasculaire, tout en tirant parti des ressources et des capacités des différentes communautés. http://chapprogram.ca/what-is-chap/history-of-chap/.

CHAP est devenu une partie intégrante de notre communauté, les gens se plaindraient si nous ne poursuivions pas le programme ; patients, cliniques, personnel de l’équipe de santé familiale, tout le monde « . (K Rosen, Pembroke.)’Nous avons eu un grand soutien de la part des médecins locaux’ (T Gabriel, Paris). Nos bénévoles du CHAP sont tellement engagés dans ce programme, certains y sont depuis plus de dix ans  » (K Anderson, Oxford County).

Le CHAP est sur le point d’avoir un plus grand impact ; il possède les données probantes, l’historique et le potentiel nécessaires pour faire partie intégrante d’une stratégie globale soutenue visant à avoir un impact important sur l’hypertension au Canada. Pour plus d’informations : www.chapprogram.ca

References

[1]C. Weaver, F. Clement, N. Campbell and M. James, « Healthcare Costs Attributable to Hypertension: Canadian Population-Based Cohort Study, » Hypertension, vol. 66, pp. 1-11, 13 July 2015.
[2]R. Padwal, A. Bienek, F. McAlister and N. Campbell, « Epidemiology of Hypertension in Canada: An Update, » Canadian Journal of Cardiology, vol. 32, pp. 687-694, 2016.
[3]Hypertension Canada, « Canadian Hypertension Education Program Guidelines for Blood pressure Measurement, Diagnosis, Assessment of Risk,Prevention and Treatment of Hypertension, » Canadian Journal of Cardiology, vol. 32, pp. 569-588, 2016.
[4]R. Goeree, C. von Keyserling and N. Burke, « Economic Appraisal of a Community wide Cardiovascular Health Awareness Program (CHAP), » Value in Health, vol. 16, no. 1, pp. 39-45, 2013.
[5]J. Kaczorowski, L. Chambers and L. Dolovich, « Improving cardiovascular health at the population level: A 39 community cluster -randomized trial of the Cardiovascular Health Awareness Program (CHAP), » British Medical Journal, p. 342, 2011.
[6]British Medical Journal, « Twenty Top Papers to mark the BMJ two digital decades, » British Medical Journal, p. 351:h3660, 2015.


Plus