Nouvelles

En mémoire de Beatrice (Bea) Ann McDonough

Nous sommes attristés par le décès de notre collègue et amie (Bea) McDonough, qui est décédée le 21 février 2015. Bea était une clinicienne en santé publique qui avait une expérience en recherche dans les domaines de promotion de la santé, de la santé de la population, de la recherche sur la mise en œuvre, du transfert des connaissances et du développement communautaire. Elle faisait partie intégrante de notre équipe de recherche au Département de médecine familiale, œuvrant principalement dans le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC) et les Truckers Research for Innovative Health Promotion Programs (TRIHPP). Bea avait la capacité innée de conseiller les autres, appuyait et encourageait continuellement ses collègues et les stagiaires, et apportait une énergie positive à chaque projet. Elle défendait sans relâche les besoins des populations marginalisées et vulnérables et mettait ces questions au premier plan de sa recherche.

Bea était une chercheuse et professeure chevronnée. Elle avait obtenu une maîtrise en sciences infirmières et une maîtrise en sciences, et suivait des cours en vue d’obtenir un doctorat en politique de la santé et en réseaux organisationnels à l’Université de Toronto. Elle avait été nommée à la fois professeure agrégée adjointe au Département de médecine familiale à l’Université McMaster et membre du corps enseignant de clinique à la Faculté des soins infirmiers à cette même université. Bea offrait des services de tutorat et supervisait les étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs dans le cadre des programmes de soins infirmiers et de la maîtrise en promotion de la santé.

Bea a été cochercheuse au PSSC pendant 13 ans. Pendant cette période, elle a fourni le contexte de promotion de la santé et la perspective d’atténuation du risque en matière de prévention des maladies chroniques. Elle était aussi chargée de recruter bon nombre des partenaires communautaires du PSSC et de concevoir une partie de la formation liée au volet de bénévolat des pairs du programme. La plus récente contribution de Bea a été la codirection du Programme d’évaluation de la santé dans la collectivité par les services médicaux d’urgence (CHAPS-EMS), une initiative communautaire axée sur la promotion et la prévention de conditions chroniques chez les adultes âgés habitant dans des logements subventionnés. Bea a aussi codirigé le secteur de travail sur la diffusion des innovations en santé au sein de la Hypertension Collaborative de la région de Hamilton qui portait sur la façon dont l’organisation de réseaux communautaires encourage le dépistage, la prévention et la gestion de la pression artérielle par le transfert des connaissances et l’intégration de la recherche dans la pratique.

Bea participait aussi à la recherche sur la santé et le mieux-être au travail avec les populations vulnérables en promotion de la santé axée sur les professions non traditionnelles, plus particulièrement l’industrie des transports. Elle codirigeait le projet Primary Health Care and Truck Drivers [Soins de santé primaires et camionneurs] financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), de même qu’une subvention de diffusion financée par les IRSC qui permettait d’organiser des ateliers de transfert des connaissances à l’intention des intervenants de l’industrie du transport routier.

Cette initiative en milieu de travail constitue la première initiative d’étude de la situation des travailleurs masculins solitaires œuvrant dans le secteur des transports, tant sur le plan du risque pour la santé personnelle que sur le plan de la capacité organisationnelle en milieu de travail.

Les travaux de recherche de Bea témoignaient de l’attention qu’elle portait aux questions de santé de la population et des soins primaires, et à l’intégration d’approches communautaires et de soins de santé primaires à l’égard de la prévention et de la gestion des maladies chroniques. L’étendue des connaissances de Bea ainsi que son degré d’engagement et son énergie positive en faisaient un chef de recherche très agréable au Département de médecine familiale. Bea manquera beaucoup à ses collègues.

Plus

Le PSSC sélectionné comme l’une des 10 études les plus notables en recherche de médecine familiale au Canada par le CMFC

En novembre 2014, à l’occasion du dixième anniversaire du jour de la recherche en médecine familiale de la section des chercheurs du Collège des médecins de famille du Canada, des représentants de cette section ont voulu identifier 10 études de recherche particulièrement notables qui ont été effectuées au Canada et qui ont influencé la pratique et amélioré les soins des patients.

  • A primary care pragmatic cluster randomized trial of the use of home blood pressure monitoring on blood pressure levels in hypertensive patients with above target blood pressure.In this award-winning paper by Dr Marshall Godwin and colleagues, it was demonstrated that home blood pressure (BP) monitoring did not improve BP compared with usual care at 12 months’ follow-up, but that it might improve BP monitoring in men. Further studies are needed.
  • Does episiotomy prevent perineal trauma and pelvic floor relaxation? First North American trial of episiotomy.Dr Michael Klein questioned the use of episiotomy in childbirth, which was being widely used, because he suspected that it caused many of the problems it was supposed to prevent. He and his colleagues carried out the first North American trial of episiotomy in childbirth. The work of Dr Klein and colleagues is often credited for the dramatic reduction in the use of episiotomy.
  • The impact of patient-centred care on outcomes.Published in 2000 by a team of family medicine researchers at Western University, this study was one of the first to demonstrate that the patient-centred clinical method improved health outcomes. Since the publication of this study, patient-centredness has become a foundation of the practice of family medicine.
  • The Kahnawake Schools Diabetes Prevention Project: intervention, evaluation, and baseline results of a diabetes primary prevention program with a Native community in Canada.Published in 1997 by Dr Ann Macaulay and colleagues, this study demonstrated the feasibility of implementing a community-based diabetes prevention program in an aboriginal community through the use of participatory research.
  • Improving cardiovascular health at population level: 39 community cluster randomised trial of Cardiovascular Health Awareness Program (CHAP).This very large, well designed study, which involved 39 communities in 2 Canadian provinces, demonstrated how, at the community level with the support of family doctors, a simple BP test in older adults could be taken in a setting like a pharmacy by trained volunteers and could decrease death and hospitalization from heart disease.
  • The impact of not having a primary care physician among people with chronic conditions.Carried out by researchers at the Institute for Clinical Evaluative Sciences, this 2008 study shows how important having a family doctor can be in avoiding emergency department visits, reducing health care costs, and reducing demands on the health care system.
  • Building a pan-Canadian primary care sentinel surveillance network: initial development and moving forward.This study demonstrated the feasibility of the development of a pan-Canadian primary care research network that would help researchers collect longitudinal data from practices across Canada to assess the primary care epidemiology and management of 5 chronic diseases: hypertension, diabetes, depression, chronic obstructive pulmonary disease, and osteoarthritis.
  • Principles for the justification of public health intervention.This study by Dr Ross Upshur focuses on the intersection of primary care and public health, particularly with respect to the interrelationship between ethics and evidence. These principles are colloquially and widely referred to as the Upshur principles.
  • Evidence to action: a tailored multifaceted approach to changing family physician practice patterns and improving preventive care.Ontario has been on the leading edge of primary care reform with its family health teams, aiming to demonstrate how teams of caregivers can improve performance and health outcomes in primary care. This rigorously designed study demonstrated the effectiveness of an intervention delivered by nurse facilitators in improving preventive care procedures in primary care settings.
  • Prevalence of multimorbidity among adults seen in family practice. This study was the first in Canada to examine multimorbidity in the adult population receiving primary care from family physicians. It demonstrates the complexity of problems common in the Canadian population that confront family physicians daily.

Pour plus d’information, visitez: http://www.cfp.ca/content/61/6/523.full

Plus

Le PSSC sélectionné par la revue BMJ dans son palmarès des 20 articles les plus marquants de ses 20 ans de parution en ligne

Voici un lien vers le Top 20 du BMJ et pourquoi, selon les 20 lecteurs sélectionnés, ils sont les meilleurs.

Improving cardiovascular health at population level: 39 community cluster randomised trial of Cardiovascular Health Awareness Program (CHAP), Januz Kaczorowski, Larry W Chambers, Lisa Dolovich, et al (Research, BMJ 2011;342:d442, doi:10.1136/bmj.d442)

Pour plus d’information, visitez: http://www.bmj.com/content/351/bmj.h3660

Plus

Un projet médical qui cumule les honneurs s’implante à Laval

Caroline Lévesque/Publié le 19 novembre 2014

Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire

MÉDECINE FAMILIALE. Laval est la seule ville au Québec où l’on implantera, dès janvier, un projet-pilote qui rafle les honneurs ailleurs au Canada en plus d’avoir eu une mention dans le prestigieux British Medical Journal. Le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC) a été lancé en 2000 par des chercheurs canadiens et mis sur pied dans plusieurs petites communautés à travers le pays. Il vise la prévention des hospitalisations pour des maladies importantes comme des infarctus, des AVC et de l’insuffisance cardiaque. Il est basé sur le travail de bénévoles de la communauté et est supervisé par des professionnels de la santé. À Laval, ce programme s’adressera aux personnes de 50 ans et plus. Il sera mis en place dans deux groupes de médecine de famille (GMF), soit ceux du Médi-Centre Chomedey et de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé. Mais pourquoi privilégier la région lavalloise plutôt que Montréal ou même la capitale nationale? «Initialement, on l’avait dans des villes de 20 000 à 60 000 habitants et on trouvait qu’une ville de taille intermédiaire, mais plus urbaine, était une bonne chose, explique Dr Marie-Thérèse Lussier, cochercheuse pour le PSSC et médecin à l’UMF de la Cité-de-la-Santé de Laval. L’équivalent en Ontario, où le projet se fait en même temps, c’est la région de York, qui est à peu près de 400 000 habitants.» Le patient recevra donc une lettre de son médecin de famille l’invitant à participer à une session animée par des bénévoles, généralement de la même tranche d’âge que lui, et formés dans le GMF selon un protocole rigoureux. Le programme se base sur le partage d’information sur la prévention des maladies cardiométaboliques. Maladies chroniques Les maladies cardiométaboliques sont des sous-ensembles des maladies chroniques, tout comme l’hypertension, le diabète, le cholestérol élevé et l’angine. Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Laval travaille depuis deux ans dans le développement d’un programme clinique de prévention et promotion de la santé pour prévenir les maladies chroniques, nommé Cible santé. «Nous, les membres de l’équipe de recherche, on s’est intégrés à ce programme depuis le début, indique Dr Lussier. En ce sens, le nôtre sur la sensibilisation des maladies cardiovasculaires en fait partie.» Après analyse des résultats, il sera déployé pour l’ensemble du Québec. «Ça dépend des organismes subventionnaires», précise la médecin qui travaille à l’implantation du projet depuis trois ans. Les «Olympiques de la recherche» Le groupe de chercheurs fait partie d’une poignée de personnes ayant reçu une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), principal organisme fédéral responsable du financement de la recherche en santé au pays. Un montant de 2,5 M$ sera divisé entre Laval et la région de York. «Avoir eu ces sommes-là dans les concours hautement compétitifs, c’est un grand honneur, se réjouit Marie-Thérèse Lussier. Comme chercheur de Laval, c’est comme si c’était les Olympiques de la recherche de gagner aux IRSC. On a à peu près 1 chance sur 10 de l’avoir quand on soumet une demande.» Elle mentionne que ce projet médical a fait ses preuves. «On arrive avec un programme solide scientifiquement et on a hâte de l’appliquer au Québec.» L’équipe du PSSC est actuellement à la recherche de bénévoles. Informations: 450 681-6164, poste 329.

Plus

L’équipe du PSSC récompensée pour ses recherches

L’équipe du PSSC récompensée pour ses recherches

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Journal de l’Association médicale canadienne (JAMC) ont rendu hommage aujourd’hui à cinq chercheurs et équipes de recherche du Canada. Il s’agit des derniers lauréats des prix IRSC-JAMC pour les plus grandes réalisations du Canada dans la recherche en santé, prix qui récompensent l’excellence dans la recherche en santé au Canada.

Les Docteurs Larry W. Chambers (Institut de recherche Élisabeth-Bruyère d’Ottawa), Lisa Dolovich et Lehana Thabane (Université McMaster), Janusz Kaczorowski (Université de Montréal), Michael Paterson et Karen Tu (Institut de recherche en services de santé), pour leur travail en vue de mettre sur pied le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (CHAP). Conçu pour accroître la sensibilisation aux risques cardiovasculaires dans la collectivité, le CHAP a prouvé que, avec le concours des médecins de famille, des pharmaciens communautaires, des partenaires de la collectivité et des bénévoles, la prévention primaire peut réduire le fardeau de la morbidité cardiovasculaire.

Les lauréats ont été choisis par un comité de pairs formé d’experts canadiens et étrangers, qui ont cherché à déterminer les découvertes et les innovations ayant eu le plus grand impact sur la santé au Canada et dans le monde.

Plus

Le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC), pour réduire les taux de maladies du cœur et d’AVC dans les collectivité

Le Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC), pour réduire les taux de maladies du cœur et d’AVC dans les collectivité

Un programme communautaire de promotion de la santé offert par plus de 500 bénévoles permet de réduire de façon marquée les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les aînés, mentionne aujourd’hui Dr Janusz Kaczorowski, chercheur du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires, devant le Congrès canadien de l’AVC.

Dans le cadre du Programme de sensibilisation à la santé cardiovasculaire (PSSC), des médecins de famille de 20 villes de taille moyenne de l’Ontario ont invité des patients âgés de 65 ans et plus à prendre part à des sessions d’évaluation des risques dans des pharmacies locales durant une période de 10 semaines. Plus de 15 000 résidents ont pris part à ce programme.

« Les évaluations des risques menées par des bénévoles combinaient l’information sur la santé à des liens avec des professionnels des soins de santé primaires et à des ressources communautaires. Elles ont entraîné une réduction impressionnante de neuf pour cent des taux d’hospitalisation pour cause d’AVC, de crise cardiaque et d’insuffisance cardiaque », dit Dr Kaczorowski, de l’Université de la Colombie-Britannique et du Child and Family Research Institute.

Le programme développé par Dr Kaczorowski, Dre Lisa Dolovich et Dr Larry Chambers de l’Université McMaster et de l’Institut de recherche Élizabeth-Bruyère, a reçu le Prix du président du Congrès canadien de l’AVC pour son impact. Ce prix est remis au projet de recherche qui est jugé comme ayant le plus d’impact sur la prévention et le traitement des AVC parmi ceux qui sont présentés au Congrès.

L’équipe du PSSC a choisi 39 collectivités au hasard et les a classées par emplacement et par taille de la population. Vingt collectivités ont reçu le PSSC et dix-neuf ont servi de groupe contrôle en ne recevant pas le programme.

Au sein des collectivités du PSSC, plus de 500 bénévoles formés par leurs pairs ont rencontré les résidents afin de vérifier leur pression artérielle, de passer en revue les signes avant-coureurs de l’AVC et des crises cardiaques, d’évaluer leurs facteurs de risque et de faire la promotion du contrôle de la pression artérielle et des modes de vie sains.

« Le PSSC est une façon unique et économique d’activer les organismes communautaires, les bénévoles, les professionnels de la santé et les participants », dit Dr Kaczorowski.

Des pharmaciens étaient sur place dans le cadre de l’équipe des soins primaires afin de discuter des préoccupations au sujet des médicaments pour la pression artérielle et des recommandations destinées à maximiser les bienfaits des médicaments hypotenseurs.

Le programme portait principalement sur la réduction de la pression artérielle. « Il est essentiel de contrôler la pression artérielle si on veut réduire les taux d’AVC et de maladies du cœur », dit Dr Kaczorowski. « Nous avons découvert que même une réduction minime peut avoir un impact marqué sur la santé des aînés. » Selon la Fondation des maladies du cœur, un adulte canadien sur cinq est atteint d’hypertension artérielle.

Alors que le plus grand nombre de baby boomers parvient à l’âge où les risques sont à leur maximum, Dr Kaczorowski précise que les prochaines étapes consisteront à étendre ce programme à l’ensemble du Canada.

« Il n’est jamais trop tard pour réduire ses risques d’AVC et ce projet semble démontrer que les bienfaits de contrôler sa pression artérielle se manifestent rapidement », selon le porte-parole du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires, Dr Antoine Hakim. « La santé n’est pas que l’apanage des jeunes; elle doit durer toute la vie. »

Il signale que des solutions simples peuvent apporter des résultats importants. « Voici une stratégie de prévention qui n’exige aucune grande dépense, mais qui a un impact important sur les résultats de santé. Il vaudrait la peine d’imiter ce modèle auprès des populations à haut risque, notamment les jeunes et les autochtones. »

Le Bulletin de santé 2010 de la Fondation des maladies du cœur a lancé récemment un avertissement à l’effet qu’un tsunami de facteurs de risque et de changements démographiques imposait présentement un fardeau sans précédent sur toutes les sphères du système de santé cardiovasculaire canadien.

« Nous comptons présentement sur un ensemble d’initiatives de prévention et de traitement », dit la porte-parole de la Fondation des maladies du cœur, Dre Louise-Hélène Lebrun. « Les programmes communautaires comme le PSSC sont essentiels pour aider les personnes à risque élevé à comprendre et à contrôler leurs facteurs de risque. »

Les Canadiens et les Canadiennes ont accès au programme Mon évaluation de risque cardiovasculaireMC sur le site fmcoeur.ca/ta. Le Congrès canadien de l’AVC est une initiative conjointe de la Fondation des maladies du cœur du Canada, du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires et du Canadian Stroke Consortium.

Pour plus de détails sur le PSSC, visitez le www.chapprogram.ca.a.openmind-gear.net (disponible en anglais seulement)

Plus