Le Programme d’évaluation de la santé communautaire aux Philippines (CHAP-P)

 

Le Programme d’évaluation de la santé communautaire aux Philippines (CHAP-P) est une adaptation du modèle CHAP destiné aux pays à revenu faible et moyen (PRFM), axé sur l’évaluation de l’hypertension, du risque de diabète et des facteurs de risque cardiovasculaire. Tout comme le CHAP développé au Canada, le CHAP-P est communautaire, centré sur les soins primaires, dirigé par des bénévoles et gratuit pour les participants. Il s’agit d’un programme d’évaluation des risques liés aux maladies chroniques et de surveillance de la tension artérielle, combiné à des séances d’éducation en matière de santé et à des liens ou des renvois vers des ressources communautaires et médicales pour les adultes de 40 ans ou plus vivant dans la communauté.

 

Un projet de recherche de cinq ans, à méthodes mixtes et à étapes multiples, est en cours pour évaluer le programme. Le travail préparatoire à l’adaptation qui a permis d’identifier les obstacles et les facilitateurs de la mise en œuvre du programme a été complété par une vaste étude qualitative d’un an comprenant des consultations avec divers intervenants locaux et un groupe international de chercheurs. Il a été suivi d’une série d’études visant à sélectionner les méthodes optimales à utiliser dans le contexte local, qui ont abouti à un essai contrôlé randomisé en grappes communautaires.

 

Le CHAP-P était fondé sur un partenariat officiel entre les universités des Philippines (Ateneo de Zamboanga University School of Medicine) et du Canada (Département de médecine familiale de l’Université McMaster) sous la direction d’un comité consultatif du projet composé de collaborateurs et de chercheurs du Canada, des Philippines, du Pérou, de la Thaïlande, de la Tunisie et du Royaume-Uni. Le faible coût, la possibilité de mise en œuvre, l’utilisation efficace des bénévoles et l’accent mis sur la promotion de la santé de la population et la prévention des maladies peuvent en faire un programme particulièrement adapté aux PRFM. La péninsule de Zamboanga, aux Philippines, a été choisie comme premier site de programme car elle illustre les régions défavorisées de nombreux PRFM en termes d’isolement géographique, de pauvreté et de ressources sanitaires rares là où des programmes de santé communautaires à faible coût, tels que CHAP-P, sont nécessaires de toute urgence.

 

PERSONNEL

 

Chercheurs principaux désignés

– Gina Agarwal, MBBS, PhD, Département de médecine familiale, Université McMaster, Canada.

– Fortunato Cristobal, MD, MPH, MHPEd, École de médecine, Ateneo de Zamboanga University, Philippines.

 

Chercheurs principaux

– Ricardo Angeles, MD, MPH, MHPEd, PhD, Département de médecine familiale, Université McMaster, Canada.

– Lisa Dolovich, PharmD, MSc, Département de médecine familiale, Université McMaster, Canada.

– Janusz Kaczorowski, PhD, Département de médecine familiale et d’urgence, Université de Montréal, Canada

 

Cochercheurs

– Rodelin M. Agbulos, MD, MPH, Zamboanga City Health Office.

– Rosemarie Arciaga, MD, MS Epid, Zamboanga Medical Research Foundation.

– Jerome Barrera, MD, Faculté de médecine, Université Ateneo de Zamboanga.

– Elgie Gregorio, MD, MPH, École de médecine, Ateneo de Zamboanga University.

– Dale Guenter, MD, MHSc, Département de médecine familiale, Université McMaster

– Servando Halili Jr, PhD, Graduate School, Ateneo de Zamboanga University.

– Norvie Jalani, MD, MPH, ministère de la Santé, péninsule de Zamboanga.

– Daria O’Reilly (économie de la santé), PhD, Département des méthodes de recherche en santé, des preuves et de l’impact, Université McMaster.

– John F. Smith, PhD, Université Khon Kaen, Thaïlande

– Karl Stobbe, MD, Département de médecine familiale, Université McMaster

– Lehana Thabane (Statistiques), PhD, Département des méthodes de recherche en santé, des preuves et de l’impact, Université McMaster.

– Sheldon Tobe, MD, MScCH, Département de médecine familiale, Université McMaster.

 

Groupe consultatif du projet

– Celina Gorre, MPH, MPA, Global Alliance for Chronic Disease (GACD) Secrétariat international, Londres Royaume-Uni

– Faiçal Jarraya, MD, Faculté de Médecine de Sfax, Sfax, Tunisie.

– Nusaraporn Kessomboon, Université de Khon Kaen, Thaïlande

– Pattapong Kessomboon, MD, Université de Khon Kaen, Thaïlande

– Germán Málaga, MD, MSc, Universidad Peruana Cayetano Heredia, Lima, Perú

– Lynda Redwood-Campbell, MD, MPH, Département de médecine familiale, Université McMaster, Canada.

 

Personnel

– Phillip John Acapulco, École de médecine, Université Ateneo de Zamboanga – Assistant de recherche, 2017 à ce jour.

– Arvie G Arcillas, École de médecine, Université Ateneo de Zamboanga – Coordinateur communautaire, 2015 – à ce jour

– Floro Dave Arnuco, École de médecine, Université Ateneo de Zamboanga – Gestionnaire de programme, 2016-aujourd’hui.

– Jessica Gaber, MSW, Département de médecine familiale, Université McMaster – Coordonnatrice de la recherche, 2017 à ce jour.

– Maria Carlotta Lim, École de médecine, Université Ateneo de Zamboanga – Gestionnaire des données, 2015 à ce jour.

– Rowayne Cecil Mandi, École de médecine, Université Ateneo de Zamboanga – Gestionnaire des données, 2015 à ce jour.

– Kristian Tan, Faculté de médecine, Université Ateneo de Zamboanga – Assistant de recherche, 2017 à ce jour.