CHAP-EMS : Étude de faisabilité

Programme d’évaluation de la santé dans la collectivité par les Services médicaux d’urgence (CHAP-EMS) : Étude de faisabilité

Chercheurs :

Contexte :

Des chercheurs du Département des services de santé publique d’Hamilton et du Département de médecine de famille de l’Université McMaster, en partenariat avec les Services médicaux d’urgence de la ville d’Hamilton, collaborent afin de développer et d’évaluer un programme communautaire. Celui-ci porte sur la promotion et la prévention des maladies chroniques, et en particulier sur l’hypertension artérielle, sur le diabète et sur le risque de maladie cardiovasculaire chez les aînés résidant en logements subventionnés. En effet, les aînés sont plus exposés au développement de maladies cardiovasculaires, de diabète et au risques de chutes. Ces conditions peuvent entraîner des appels d’urgence au 9-1-1 et par le fait même, occasionner de coûteuses visites à l’urgence. Les programmes de dépistage des maladies chroniques dans la collectivité relient plusieurs professionnels des soins de santé de première ligne et font la promotion de la santé chez les aînés. Ces programmes peuvent permettre de réduire le nombre d’appels aux services médicaux d’urgence et ainsi d’améliorer la santé des aînés, de réduire l’engorgement des hôpitaux et de diminuer les coûts engendrés.

Objectif :

Ce projet vise à développer et à évaluer la faisabilité d’un programme communautaire portant sur la sensibilisation et la prévention des maladies chroniques, en particulier de l’hypertension artérielle et du diabète, chez les aînés vivant en logement subventionné, dirigé par le personnel paramédical de la ville d’Hamilton, en Ontario. Cette population, généralement à faible revenu, âgée et d’origine multiculturelle, est l’une de celles effectuant le plus d’appels aux services médicaux d’urgence. Ainsi, une réduction de l’incidence des maladies chroniques dans cette population aiderait à diminuer l’engorgement des services médicaux et les coûts engendrés par ces services.

Méthode :

  • Deux ambulanciers spécialement formés offrent des ateliers hebdomadaires du CHAP-EMS dans un édifice à logements subventionnés de la ville de Hamilton;
  • Durant les ateliers : évaluation des facteurs de risque cardiovasculaire, mesure de la pression artérielle à l’aide d’un sphygmomanomètre automatisé et évaluation du risque de diabète à l’aide du questionnaire CANRISK. De plus : offre de stratégies et de ressources pour l’adoption de saines habitudes de vie (programmes locaux et ressources locales);
  • Objectif : modifier les habitudes de vie (alimentation, activité physique, tabac) afin de réduire les facteurs de risque modifiables associés aux maladies cardiovasculaires, à l’AVC et au diabète.
  • Les participants peuvent consentir à partager les données recueillies lors des séances (leur pression artérielle, leurs habitudes de vie et leur bilan de risque cardiovasculaire) avec leurs professionnels de soins de première ligne et sont encouragés à assister régulièrement aux séances du CHAP-EMS.
  • Une analyse descriptive mesurera le nombre de participants aux séances, l’incidence des chutes, les facteurs de risque reliés aux différents modes de vie, l’incidence de la haute pression, les variations de la pression artérielle, le nombre de participants ayant besoin de références et le nombre d’appels aux services médicaux d’urgence en provenance de cet édifice.

Résultats :

En attente.

Implications :

Les données préliminaires provenant du projet pilote suggèrent que le modèle CHAP-EMS est potentiellement un programme réalisable et efficace pour les édifices urbains hébergeant des aînés. La cueillette des données se poursuit actuellement.